L'évangéliste Microsoft 365

Lorsque j'interviens auprès des entreprises et que je me présente comme un évangéliste digital interne avec Microsoft, mes interlocuteurs sont interloqués. Qu'est-ce donc qu'un évangéliste 365? C'est l'objet de ce billet qui se veut plein d'humour.


Le digital interne avec Microsoft 365 au sein d'une entreprise, c'est comme une religion. Il y a les croyants, et il y a les autres : ceux qui n'y croient pas du tout. Limite, les non croyants pensent que les adeptes des outils de Microsoft 365 font partie d'une secte étrange composée d'illuminés, de doux rêveurs, d'utopistes, voir d'affabulateurs et de complotistes qui cherchent à couler l'activité.


Il y a aussi ceux qui se disent croyants mais qui ne sont pas non pratiquants : ils en parlent beaucoup, poussent les autres à se convertir (parce que c'est dans les objectifs de leur année en tant que manager) mais n'ont jamais mis le début du petit orteil dans Teams. En fait, dans le confessionnal il l'avouent : le mail, il n'y a rien de mieux.


Il y a enfin les laïcs purs et durs qui vous diront : "je n'y crois pas et j'ai pas envie qu'on essaie de me convertir". Leur non croyance est leur religion et il faut la respecter. Leur crédo : pourquoi diable changer quoi que ce soit aux méthodes de travail héritées des années 90 à l'époque du déploiement des messageries et des serveurs de fichiers ? Déjà qu'on a eu du mal à lâcher les machines à écrire, n'allons pas trop vite.

Tout le monde n'a pas la même religion alors parfois, c'est le conflit. La guerre est ouverte entre les disciples des outils Microsoft 365 et les adorateurs du Dieu MAIL. Les deux camps s'affrontent pour se convaincre l'un l'autre que son dieu est bien le seul, l'unique et le meilleur. Les religieux du Teams essaient d'inviter les adorateurs du mail dans leurs équipes mais ces derniers se font un devoir de décliner l'invitation en envoyant des mails. Chaque religion a ses prophètes qui prêchent la bonne parole, qui prennent leur bâton de pèlerin pour rencontrer les peuples et leur annoncer la bonne nouvelle. Microsoft 365 a les siens : ce sont les évangélistes 365, des femmes et des hommes de bonne volonté.


L'évangéliste 365 est passionné et convaincu, limite un peu utopique. Il veut sauver le monde professionnel en guidant les peuples vers La Lumière. Il est adoré par sa hiérarchie et ses collègues pour ses convictions inébranlables, pour sa passion, pour son imagination et sa capacité à imaginer une nouvelle vie après le Mail, pour son énergie à expliquer et à accompagner les salariés à travailler autrement avec Microsoft 365.


Ou carrément, il est détesté pour exactement les mêmes raisons. On a même vu des évangélistes finir au bûcher professionnel, accusés d'être des hérétiques. Ils avaient oser expliquer que les échanges internes au sein de l'entreprise seraient bien plus efficaces via Teams (voir cette vidéo) et qu'il fallait changer les scénarios de travail pour en tirer pleinement partie. Changer les habitudes, une véritable hérésie.


Évangéliser n'est pas un métier : c'est un sacerdoce. L'évangéliste ne doit jamais se décourager. Il ne doit pas se laisser démoraliser par celles et ceux qui disent qu'il est impossible de changer, que les collaborateurs sont trop vieux, que la culture d'entreprise ne changera jamais, que Microsoft 365 est une mode, qu'il est impossible de passer du mail à Teams tout comme il est impossible de se passer du fax, etc. Certes, il ne pourra pas convaincre tout le monde, mais chaque collaborateur convaincu est un évangéliste qui s'ignore. En bon évangéliste, je me fais inviter parfois dans les grandes messes des entreprises, dans les sacro saints des comités de direction générale ou simplement dans les petites chapelles des équipes opérationnelles. Je ne suis pas toujours à l'aise devant ces hommes et femmes qui m'écoutent pour la première fois prêcher la bonne parole, visiblement dubitatifs en se demandant ce que je vais encore pouvoir inventer pour les empêcher de faire comme d'habitude.


Il faut trouver le bon ton : ne pas faire de sermon. Pour séduire mes ouailles, il me faut certes promettre une meilleure vie professionnelle mais pas non plus le paradis à tous les coups. Évangéliser une équipe aux outils collaboratifs c'est un exercice d'équilibriste. Le diable se cache dans les détails et si la promesse est belle la mise en œuvre n'est pas forcément simple. Il est dit dans les évangiles que dans un lointain passé, il a été plus facile de faire lever Lazare de Béthanie qu'à convertir une entreprise aux bons usages de Microsoft 365. Celle ou celui qui aide les équipes à se digitaliser doit avoir une âme de moine : il est celui qui doit faciliter le partage entre ses frères et soeurs, et permettre la communion d'esprit dans les projets. Il est celui qui doit permettre de rapprocher les hommes et les femmes, de favoriser leurs échanges. Il doit savoir écouter, recueillir les souffrances des uns et des autres et les guider vers La Lumière pour une vie professionnelle meilleure. La bonne nouvelle, c'est que le miracle opère : de plus en plus, régulièrement, des entreprises tombent en grâce devant les bienfaits de Microsoft 365. Sous l'impulsion de quelques évangélistes, des managers sont touchés par la grâce et des équipes se convertissent. Et si, comme les trois mages en Galilée, la RH, la com' interne et la DSI viennent au berceau de la transformation digitale interne, le miracle sera total.

Posts à l'affiche
Posts Récents