top of page
  • Christophe COUPEZ

Paroles de dirigeant : Dominique Poissonnet

Dans le cadre de la publication du livre "Les opportunités de Microsoft 365 expliquées aux dirigeants et décideurs" en juin 2024, des dirigeants, décideurs et managers prennent la parole pour expliquer leur propre implication dans la transformation de leur organisation et donner leur avis sur le livre..

J’ai eu la chance de croiser le chemin de Dominique Poissonnet à l’occasion d’une mission il y a quelques années. J’avais apprécié sa vision de l’entreprise mais aussi sa perception des enjeux et des opportunités de Microsoft 365, assez rare chez un manager de ce niveau. C’est donc tout naturellement que je lui ai proposé de lire mon dernier livre. Il a accepté de partager son avis sur son contenu et son approche.


Pouvez-vous vous présenter ?


Je suis un ancien dirigeant d’établissement bancaire, devenu aujourd’hui conseil de dirigeants et spécialiste de la transformation des organisations depuis 2018.


J’ai commencé ma carrière chez le régulateur bancaire où j’ai eu l’occasion de collaborer à la mise en œuvre de toutes les grandes réformes du marché bancaire français. J’ai ensuite rejoint les marchés financiers chez le groupe Indosuez en conduisant des programmes de transformation. A partir de là j’ai occupé des fonctions diverses (DSI, Directeur des Opérations, CFO, Directeur des Risques,...) dans des grands groupes internationaux (Banco Santander, Barclays, Goldman Sachs, Dexia, Crédit Suisse) avant de prendre des fonctions de Chief Operating Officer régional dans plusieurs des groupes que je viens de citer.


Je collabore également avec l’école polytechnique dans le domaine du leadership et du management et particulièrement sur la stratégie de transformation des organisations.


Cérémonie certifications Mai 2024 - Photographe Dimitri Klosowski


Après lecture du livre, quelles sont vos premières impressions ?


Le livre est pertinent. Il a le mérite de traiter en peu de pages un sujet complexe, en adressant les sujets clés de façon structurée : le rôle du CODIR, le rôle du dirigeant, la nécessité impérative d’inscrire l’adoption de Microsoft 365 dans le cadre d’un projet de transformation, les modalités de déploiement et le rôle de chaque acteur.


Chaque sujet ouvre un débat qu’il est intéressant d’avoir dans les entreprises.


Par exemple, quand on parle du rôle du dirigeant, bien évidemment, un dirigeant ne peut pas tenir un rôle actif : ce n’est pas son rôle car il a beaucoup d’autres responsabilités et la formation de beaucoup de dirigeants dans le domaine des SI reste à ce jour insuffisante. Il faut donc qu’il y ait un relais en interne. Reste à savoir qui va prendre ce relais : le DSI, un Directeur de la transformation ? Il est important que ce relais ait un poids décisionnel important (membre du CODIR) s’il veut pouvoir entraîner l’ensemble de l’entreprise dans le projet.


Autre exemple, quand on évoque la nécessité impérative d’inscrire l’adoption de Microsoft 365 dans le cadre d’un projet de transformation, la question qui en découle naturellement c’est comment et qui va conduire cette transformation. C’est un vrai challenge quand on sait que l’implémentation de Microsoft 365 est majoritairement abordée sous l’angle technique et non stratégique.


Y a-t-il des sujets que vous auriez traités différemment ?


Oui, je pense par exemple au rôle du Codir. Je pense qu’il est important d’aborder auprès du Codir la notion de création de valeur pour inciter chaque membre à devenir promoteur à l’aune de la création de valeur qui s’opère en sa faveur.


Sur ce sujet, le livre est très orienté “coûts”, même s'il aborde bien sûr les bénéfices non financiers avec les dix opportunités qui sont décrites. Ce qui aurait été intéressant, c’est de mieux montrer comment Microsoft 365 permet d’augmenter la captation de valeur et de profit. C’est ce sujet qui va intéresser les dirigeants : est-ce que Microsoft contribue à améliorer la performance de mon entreprise ?


Ce point est important car conduire une transformation de ce type est toujours une prise de risque. Dans le livre, indiquer que c’est aux dirigeants d’évaluer eux-mêmes la valeur qu’ils donnent aux bénéfices risque de ne pas les convaincre. Au contraire, ils ont besoin d’être éclairés sur les opportunités de création de valeur pour leur entreprise.


Autre sujet important, c’est la structuration de l’organisation grâce à Microsoft 365. On le sait, un outil ne structure pas une entreprise, mais il donne les moyens de le faire. Il y a autant de risque à de l’anarchie informationnelle et communicationnelle dans l’entreprise avec Microsoft 365 que sans Microsoft 365 si le déploiement est mal réalisé, ce qui montre bien l’importance d’une nécessaire préparation et d’insertion du déploiement de Microsoft 365 dans un projet de transformation.


Microsoft 365 transforme les modes de travail et cela va affecter positivement l’ensemble des compartiments de l’entreprise si le projet est conduit comme un projet de transformation. Si celui qui conduit le projet est mal choisi et que le projet n’est conduit que comme un projet technique, on risque de se retrouver dans la situation du retraité qui a une Ferrari dans son garage et qu’il n’utilise que pour faire un tour du pâté de maison le Dimanche.


Il faut aussi être prudent avec la présence utile de l’IA dans la suite Microsoft 365. L’IA générative peut d’être porteuse de fausses vérités, voire d'hallucinations de vérité dans ses résultats par sa conception même (algorithmes stochastiques) qui approchent la vérité ou la justesse de façon probabiliste et non pas exacte. Je pense que ce sujet aurait mérité une approche plus approfondie car Copilot, qui est un outil intéressant dans des cas d’usage spécifiques peut rencontrer ses limites s’il est mal utilisé. A ce pour l’IA générative est encore loin de remplacer les experts.


Une conclusion ?


En conclusion, je dirais que c'est un excellent ouvrage de référence, vraiment bien conçu que je conserve avec plaisir dans ma bibliothèque d’ouvrages de référence. Je m'interroge néanmoins sur l'accroche générale pour intéresser les dirigeants. Il aidera certainement les dirigeants déjà éclairés sur ces sujets, mais peut-être moins tous les autres.




Comments


bottom of page