A propos de


Digital Inside est un site dédié à la promotion, sensibilisation et accompagnement du digital interne au seins des petites, moyennes et grandes entreprises.

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

 Difficultés des entreprises 
à développer le digital Working

Mon expérience me montre tous les jours que de plus en plus d'entreprises ont de réelles intentions de déployer des outils digitaux, avec Office 365 notamment, mais au delà du déploiement des outils, qui est simple,
l'usage ne suit pas. Pourquoi ? Voici les 7 principales raisons.

difficulté #1

Les entreprises manquent d'imagination

 

Les entreprises souffrent souvent d'un mal très répandu : elles ne parviennent pas à imaginer ce que ces usages digitaux nés du Net peuvent apporter au travail au sein de l'entreprise.

L'exemple le plus parlant est le combat que j'ai du mener en 2008 lorsque SharePoint 2007 a intégré dans ses fonctionnalités la fonctionnalité de "BLOG". Il  a fallu que je bataille pour expliquer aux managers que le BLOG ne servait pas uniquement qu'à raconter ses vacances (seul usage qu'ils en connaissaient) mais que nous pouvions imaginer des usages métiers puissants pour le métier.

Aujourd'hui, même combat pour les outils comme le Réseau Social d'Entreprise, que beaucoup d'entreprises associent encore beaucoup à un outil de papoptage, plutôt que de travail.

difficulté #2

Les entreprises pensent que
la digitalisaion est un projet informatique

La digitalisation des méthodes de travail passe par des outils, qui apportent des usages, qui eux-même modifient l'entreprise progressivement, dans sa culture, dans sa manière de gérer les hommes et les idées. Par exemple, mettre en place un Réseau Social d'Entreprise, et le promouvoir, c'est promouvoir une nouvelle forme de participation dans l'entreprise , avec tous les impacts en termes de culture d'entreprise, de manière de manager les hommes.

Déployer les outils du digital comme Office 365 est certes une opération technique, mais ces actions restent simples à réaliser pour une Direction Information bien accompagnée.

Pour que les usages prennent dans l'entreprise, il faut comprendre que la digitalisation est avant tout un projet humain, avec un accompagnement profond sur les postures au sein de l'entreprise.

 

Le digital nécessite pour fonctionner, de "reprogrammer le logiciel de l'entreprise", de lui faire passer à une version supérieure.

Toute l'entreprise est pilotée par des règles, des principes, des gouvernances, qui sont le fruit de l'évolution de l'entreprise au fil des années, mais dans un contexte "analogique", c'est à dire loin de toutes les considérations apportées par le contexte économique actuel. Généralement, ces gouvernances se durcissent avec les années ; rarement elles s'adoucissent. 

Par exemple, les gouvernances informatiques sont calquées bien souvent sur un angle purement informatique : les règles de gouvernance sont là pour limiter le plus possible les impacts des utilisations des outils, sur l'activité de l'équipe qui en a la charge (voir ce billet sur la mutation de la DSI avec le digital interne). Par exemple : on limite les fonctionnalités des outils d'Office 365 pour éviter plus de charge de travail aux équipes qui en ont la charge.

Le digital change radicalement l'orientation  : l'utilisateur est replacé au centre du dispositif. La question n'est plus "que peut-on restreindre pour garder le contrôle", mais "qu'est ce qui pourrait faciliter le travail des collaborateurs, et leur donner plus de satisfaction [tout en restant sous contrôle] ?".

difficulté #3

Les entreprises pensent demain
avec leurs idées d'aujourd'hui

 
 

difficulté #4

Le cloisonnement de la DSI empêche de penser le digital dans son ensemble

Regardez dans votre entreprise, et vous verrez certainement que les outils collaboratifs de l'entreprise sont sous la responsabilité d'équipes différentes : il y a l'équipe en charge de la messagerie (et de Skype souvent), l'équipe en charge de SharePoint, etc. Et très souvent, ces équipes sont déconnectées et ne sont pas synchronisées entre elles.

L'arrivée d'Office 365 bouleverse cet écosystème en parfait équilibre depuis des années, parce que nouveaux outils arrivent, vite et en grand nombre : Teams, Planner, To-Do, Flow, etc. Mais QUI va prendre en charge ces outils, car cela implique plus de charge de travail, dans une équipe qui ne grandira pas pour autant.

 

Le souci, c'est que le Digital interne de l'entreprise, c'est la somme de tous les usages, et donc de tous les outils. Pour faire l'accompagnement il faut être capable de communiquer sur les usages dans leur ensemble et dans leur globalité, pas outil par outil, individuellement et sans apporter de liant. 

 

Le cloisement des responsabilités empêche aussi de communiquer : les responsables de SharePoint verront d'un mauvais oeil que les responsables de Yammer s'expriment sur leur outil, et inversement. Pourtant le mariage Yammer / SharePoint peut apporter des opportunités intéressantes, et il serait intéressant d'en parler. 

 

difficulté #5

Les entreprises n'ont pas toujours conscience de l'importance du Digital

Pour beaucoup, le digital ce sont des outils, sans plus. Il m'est plusieurs fois arriver d'intervenir à deux ou trois reprises seulement dans des entreprises, pour faire une présentation du Digital à tous les managers de la société : c'était la seule mesure d'accompagnement prévue pour transformer l'entreprise. C'est peu.

Pour que le digital fonctionne, il faut un accompagnement à plusieurs niveaux dans l'entreprise. Non pas parce que les outils sont compliqués, mais parce qu'ils impliquent des façons différentes de collaborer, et qu'ils ont des effets (positifs) induis qu'il faut expliquer aux managers, aux RH, aux collaborateurs pour ne pas qu'ils luttent contre ces effets en produisant des "anti corps".

 

difficulté #6

Les entreprises aiment être conseillées, mais pas trop bousculées

Dans ce billet très humoristique (l'évangéliste), j'explique que le métier de l'évangéliste digital interne est un sacerdoce très difficile car nous sommes toujours en porte-à-faux avec l'entreprise (ses dirigeants, ses managers et ses collaborateurs), puisque nous apportons des solutions en rupture avec les habitudes vieilles de plus de 30 ans.

 

David Bidaubayle, qui a déployé Office 365 au sein de l'AFM téléthon  témoigne dans cette interview de la difficulté de vendre en interne des solutions en rupture avec les habitudes.

 

Or les usages digitaux sont totalement différentes de ce dont l'entreprise a l'habitude. On ne travaille pas sur un projet de la même manière avec TEAMS, qu'avec la messagerie, comme il y a 30 ans. Cela n'implique pas les mêmes choses, en termes de relationnel entre les différentes équipes, et les différents acteurs.

 

Les recommandations sont donc souvent de nature à bousculer les esprits. Par exemple, lorsque je recommande de sensibiliser les Ressources Humaines en premier parce que le Digital (le RSE en particulier) bouscule pas mal d'ordre établi, ça bloque parfois.

 

Je dois donc trouver des compromis entre ce que l'entreprise est prête à faire comme démarche, et ce qui est nécessaire à minima de faire pour que la transformation opère. Et si l'entreprise veut se transformer sans rien changer, ça pose un souci.

Les managers sont mon coeur de cible car si vous arrivez à convaincre un manager, vous arriverez à transformer son équipe. Lorsque j'aborde des managers j'ai deux types de réactions face à moi : 

  • le manager curieux, qui découvre le sujet que je lui expose, et qui cherche à savoir comment il pourrait en tirer partie, avec son équipe, pour être plus efficace, et surtout, pour rendre le travail de son équipe plus agréable
     

  • le manager conservateur, qui fuit tout ce qui peut le forcer à étudier d'autres façons de faire que celle qu'il a mis en place il y a 20 ans quand il a pris le poste. Parfois aussi il n'a pas le temps à consacrer à la recherche des leviers d'efficacité, car comme l'a dit un jour un manager "je suis convaincu que tes solutions pourraient nous faire gagner du temps, mais nous n'avons pas de temps à consacrer pour en gagner".

difficulté #7

Tous les managers ne sont pas curieux

 

Vous avez des questions ou besoin de conseils ?

contactez-moi  |  qui suis-je ?   |   société Abalon